Parfois considérés comme inquiétants, étranges ou paisibles, les bois photographiés par Ellie Davies interrogent les types de relations que l’homme entretient avec ces lieux sauvages. Ses images tentent de retranscrire la sensation physique d’être au cœur de ces espaces et explorent les diverses interprétations culturelles que l’on affecte à la forêt. Pour la série « Stars » réalisée entre 2014 et 2015, la photographe assemble de manière subtile des images de phénomènes célestes avec des paysages forestiers. Une manipulation qui convoque ainsi un contraste entre le caractère intemporel de ces sujets et notre impermanence sur terre.

voyages
voyages
voyages

Au coeur d’une forêt enchantée

 

Les arbres photographiés par Ellie Davies sont trop grands pour entrer dans son cadre, trop grands pour être visualisés, à échelle humaine, en une seule fois. Leurs couleurs accentuées obtiennent une teinte irréelle et nous propulsent dans une forêt magique digne des contes celtes. Les verts intenses et aux tons variés ne sont plus chlorophylles, ils sont quasi phosphorescents. Ils prennent la forme d’une mousse qui tapisse le sol et s’enroule le long de troncs ancestraux. On imagine aisément ces couleurs s’allonger jusqu’aux feuilles des cimes invisibles. La terre épaisse, parfois brune, rousse ou jaune, accroit l’impression d’un silence feutré au sein d’une immense forêt, dont seuls quelques craquements ou grincements de bois pourraient traverser le manteau. Ellie Davies cherche à nous immerger au cœur de la nature, autant en termes d’images que de sensations. Ses choix esthétiques tentent d’abattre la distance entre le spectateur et le média. Elle déclare au Lensculture :

« Aujourd’hui, la majorité de la population vit dans des environnements urbains ou semi-urbains, découvrant le paysage à partir d’une position éloignée véhiculée par la technologie et divers médias. De ce point de vue, la notion de paysage dans toute sa matérialité sensuelle, notre présence à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur de celle-ci, semble hors de portée. »

voyages

La leçon des arbres

 

Les transformations de l’image se concentrent ainsi sur tout le sensitif qu’elle est capable de produire et élève les bois en sanctuaire. Mais les artifices dont use Ellie Davies ici (contrairement à sa série « Between the Trees » par exemple), servent à parfaire une sensation qui somme toute, reste naturelle. Des ingénieurs forestiers tels que Peter Wohlleben* ou Ernst Zürcher** rappellent à quel point les arbres nous ont façonnés ce qui explique que notre cerveau présente automatiquement des signes d’apaisement lorsque l’on se trouve à leurs côtés. Ces arbres monumentaux invitent donc à la contemplation, puis de manière inéluctable, à la méditation, lorsque l’on compare nos âges.

ArtSphalte

*Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, 2017

** Ernst Zürcher, Les arbres, entre visible et invisible, 2016

Ellie Davies site officiel https://elliedavies.co.uk/

voyages
voyages
voyages